Reflux gastrique : Que faire et que manger ?

Le reflux gastrique est l’une des maladies les plus communément diagnostiquées par les ORL.

Au total plus de la moitié des adultes dans les pays développés en ont souffert au moins une fois dans leur vie, ce nombre augmente à un rythme alarmant. C’est ce qui explique aussi pourquoi le cancer de l’œsophage causé par le reflux gastrique a augmenté de plus de 850% ces dernières années pour devenir le cancer à croissance la plus rapide dans les pays développés.

Alors que faire pour lutter contre le reflux gastrique ? Nous allons voir cela dans cet article.

Evaluez vos symptômes

Les symptômes typiques du reflux gastrique, comme les brûlures d’estomac, les maux de gorge et les régurgitations, sont généralement faciles à reconnaître. Il existe également ce qu’on appelle le «reflux silencieux», qui provoque une grande variété de symptômes atypiques, tels que l’enrouement, la toux, l’impression d’avoir du mal à parler, l’essoufflement, une sensation de boule dans la gorge et de la difficulté à avaler. Parce que ces symptômes peuvent également être causés par d’autres problèmes de santé, le reflux silencieux peut être difficile à diagnostiquer.

 

Si vous êtes diagnostiqué avec un reflux gastrique, vous devrez prendre des mesures pour guérir votre œsophage et prévenir les complications à long terme du reflux, qui comprennent les ulcères de l’œsophage et le développement de poussées précancéreuses. Il n’y a pas de moyen de le traiter : Certains patients atteints de reflux gastro-œsophagien (RGO) peuvent être pris en charge efficacement avec des changements de régime et de style de vie, tandis que les cas plus sévères peuvent nécessiter des traitements à long terme.

Ajustez votre régime

Maintenez votre poids idéal, ne consommez pas trop de cigarettes ou d’aliments gras et dormez en ayant la tête légèrement surélevée pour empêcher l’acide gastrique de remonter dans l’œsophage pendant que vous dormez.

En outre, les habitudes alimentaires sont très souvent au coeur des problèmes de reflux gastrique. Dîner trop tard est le facteur de risque numéro un pour le reflux : le dernier repas devrait être fait quatre heures avant le coucher.

En ce qui concerne ce qu’il faut manger, les nutritionnistes s’accordent à dire qu’un régime propre (sans conservateur) de protéines maigres, de légumes verts, et d’eau alcaline sont à recommander pour maintenir la production d’acide gastrique au plus bas.

Avez-vous besoin d'un traitement ?

Bien qu’il existe de nombreux médicaments en vente libre pour contrer les symptômes de reflux, il existe deux types de médicaments généralement prescrits pour le reflux gastrique qui fonctionnent très différemment : Les IPP (inhibiteurs de la pompe à protons) et les anti-histaminiques H2.

Les IPP réduisent l’acidité de l’estomac en bloquant l’enzyme dans la paroi de l’estomac qui la produit mais ces médicaments ont de nombreux effets secondaires qui comprennent la diarrhée, des douleurs abdominales et des maux de tête.

Lorsque le traitement est arrêté, de nombreuses personnes subissent une «hyperacidité rebond» ou une aggravation de leurs symptômes.

Les IPP augmente aussi le risque de souffrir de crises cardiaques, de maladies rénales, de la maladie d’Alzheimer, ainsi que du cancer de l’œsophage.  Les IPP ne devraient être prescrits que par des médecins et ne devraient jamais être utilisés à long terme.

 

Les anti-histaminiques H2 fonctionnent de la même manière, en envoyant un signal à vos cellules stomacales libérant de l’acide pour les soulager. Ils ne provoquent que rarement des effets secondaires.

Vous pensez avoir un reflux acide ? Consultez un médecin pour évaluer la gravité de votre état et déterminer votre meilleur traitement. Avec une meilleure connaissance de la maladie et de ses symptômes, nous devrions commencer à voir une baisse de ces statistiques alarmantes sur le cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *