Pourquoi consommer de la vitamine D ?

Malgré son nom, la vitamine D est considérée comme une pro-hormone et pas vraiment une vitamine.

Les vitamines sont des nutriments qui ne peuvent pas être créés par le corps et doivent donc être absorbés par notre alimentation.

Cependant, la vitamine D peut être synthétisée par notre corps lorsque la lumière du soleil est en contact de notre peau.

On estime qu’une exposition au soleil pendant 5-10 minutes 2-3 fois par semaine permet à la plupart des gens de produire suffisamment de vitamine D, mais la vitamine D se décompose assez rapidement, ce qui signifie que les réserves peuvent être basses, surtout en hiver.

Pourquoi avons-nous besoin de vitamine D ?

1) La vitamine D pour des os sains

La vitamine D est vitale pour la santé des os.

La vitamine D joue un rôle important dans la régulation du calcium et le maintien des niveaux de phosphore dans le sang, deux facteurs extrêmement importants pour le maintien d’une bonne santé osseuse.

 

Nous avons besoin de vitamine D pour absorber le calcium dans les intestins et pour récupérer le calcium qui serait autrement excrété par les reins.

 

La carence en vitamine D chez les enfants peut provoquer le rachitisme , une maladie qui entraîne un ramollissement des os.

 

Chez les adultes, la carence en vitamine D se manifeste par une ostéomalacie (ramollissement des os) ou une ostéoporose. L’ostéomalacie entraîne une faible densité osseuse et une faiblesse musculaire. L’ostéoporose est la maladie osseuse la plus fréquente chez les femmes ménopausées et les hommes âgés.

 

2) Réduction du risque de grippe

Selon une étude, des enfants ayant reçu des compléments alimentaires de vitamine D une fois par jour pendant 4 mois durant l’hiver ont réduit leur risque d’ infection grippale de plus de 40% .

 

3) Réduction du risque de diabète

Plusieurs études observationnelles ont montré une relation entre les concentrations sanguines de vitamine D dans l’organisme et le risque de diabète de type 2. Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, des niveaux insuffisants de vitamine D peuvent avoir un effet négatif sur la sécrétion d’insuline et la tolérance au glucose.

 

4) Santé des bébés et enfants

D’après une étude, des enfants dont la tension artérielle était normale et qui recevaient un complément alimentaire riche en vitamine D chaque jour avaient une rigidité des parois artérielles significativement plus faible après 16 semaines, comparativement aux enfants qui en recevaient moins.

 

Une carence en vitamine D a également été associé à un risque et à une gravité plus élevés des maladies infantiles atopiques et des maladies allergiques, y compris l’ asthme , la dermatite atopique et l’eczéma. La vitamine D peut augmenter les effets anti-inflammatoires des glucocorticoïdes, ce qui pourrait être utile comme thérapie de soutien pour les personnes souffrant d’asthme résistant aux stéroïdes.

 

5) Grossesse

Les femmes enceintes qui présentent une carence en vitamine D semblent être plus à risque de développer une pré-éclampsie et d’avoir besoin d’une césarienne . Un manque de vitamine D est associé au diabète gestationnel et à la vaginose bactérienne chez les femmes enceintes. Il est également important de noter que des niveaux élevés de vitamine D pendant la grossesse sont associés à un risque accru d’allergie alimentaire chez l’enfant pendant les 2 premières années de la vie.

 

6) Prévention du cancer

La vitamine D est extrêmement importante pour la régulation de la croissance cellulaire et pour la communication de cellule à cellule. Certaines études suggèrent que le calcitriol (forme hormonale active de la vitamine D) peut réduire la progression du cancer en ralentissant la croissance et le développement de nouveaux vaisseaux sanguins dans les tissus cancéreux, en augmentant la mort cellulaire et en réduisant la prolifération cellulaire et les métastases. La vitamine D influence plus de 200 gènes humains.

 

La carence en vitamine D a également été associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires, d’ hypertension, de sclérose en plaques, d’ autisme, de maladie d’Alzheimer, d’ arthrite rhumatoïde, de sévérité de l’asthme et de grippe, mais des études plus fiables sont nécessaires. Bon nombre de ces avantages se produisent par l’effet positif de la vitamine D sur le système immunitaire

Quels aliments contiennent de la vitamine D ?

Étonnamment peu d’aliments contenant de la vitamine D, notre corps l’assimile d’avantage par la peau  plutôt que par l’alimentation.

Il existe néanmoins 3 aliments très riches en vitamine D :

  • Le saumon
  • Le maquereau
  • Les champignons
 
Les autres sources alimentaires de vitamine D comprennent :
 
  • Huile de foie de morue
  • Thon en conserve
  • Sardines en conserve dans l’huile
  • Lait ou yaourt enrichi en vitamine D
  • Boeuf ou foie de veau
  • Jaunes d’œuf
  • Fromage

Est-il possible d'avoir trop de vitamine D ?

Trop de toute bonne chose est une mauvaise chose. Une trop grande quantité de vitamine D peut provoquer un rythme sanguin anormalement élevé, ce qui peut entraîner des nausées, de la constipation, de la confusion, un rythme cardiaque anormal et même des calculs rénaux.

Il est presque impossible d’obtenir trop de vitamine D à partir de la lumière du soleil ou des aliments (sauf si vous prenez trop d’huile de foie de morue). Presque toutes les surdoses de vitamine D proviennent de compléments alimentaires.

Les symptômes d'une carence en vitamine D

Les symptômes de la carence en vitamine D peuvent inclure :

  • Devenir malade ou infecté plus souvent
  • La fatigue
  • Mal au dos et aux articulations
  • Humeur dépressive
  • Cicatrisation des plaies lente
  • La perte de cheveux
  • Douleur musculaire
 

Si la carence en vitamine D persiste pendant de longues périodes, elle peut entraîner :

  • Obésité
  • Diabète
  • Hypertension
  • Dépression
  • Fibromyalgie
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Ostéoporose
  • Les maladies neurodégénératives, telles que la maladie d’Alzheimer

La carence en vitamine D peut également contribuer au développement de certains cancers, notamment les cancers du sein, de la prostate et du côlon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *