Antidépresseur : Effets secondaires rares et potentiellement graves

Tous les médicaments, y compris les antidépresseurs peuvent produire des effets négatifs non souhaités, aussi appelés effets secondaires.

Comment faire face aux effets secondaires

Certains effets secondaires peuvent être assez anodins, alors que d’autres peuvent être plus graves. Ils peuvent disparaître ou devenir moins graves avec le temps. Si vous rencontrez des problèmes avec des effets secondaires, vous devez les mentionner à votre médecin car il pourra peut-être vous donner des solutions pour faire face aux effets secondaires ou vous prescrire un antidépresseur différent qui présentera moins d’effets secondaires et qui sera mieux supporté par votre corps.

Consultez votre médecin

Gardez à l’esprit que ce n’est jamais une bonne idée d’arrêter de prendre votre antidépresseur sans en discuter au préalable avec votre médecin. Si vous arrêtez de prendre votre médicament de façon trop brutale, divers symptômes désagréables peuvent survenir. Ces symptômes incluent des tremblements, des picotements, des cauchemars, des hallucinations, des sueurs ou transpirations, des douleurs musculaires, une vision floue, de l’insomnie, de l’anxiété, de l’irritabilité, de l’agitation, des maux d’estomac et de la fatigue.

 

Il est toujours préférable de réduire votre antidépresseur très lentement avec les conseils de votre médecin. Cela donne à votre cerveau le temps de s’habituer aux changements et vous aurez sans doute moins d’effets en écoutant votre médecin.

Effets secondaires courants

La fatigue, une vision floue, les problèmes de libido, la prise de poids, la constipation, l’insomnie, la sécheresse de la bouche, la nausée et l’anxiété sont parmi les effets négatifs les plus fréquents chez les patients sous antidépresseurs. Votre médecin sera en mesure de vous proposer des solution pour lutter contre bon nombre d’entre eux, pourra également modifier votre dose ou vous administrer un autre antidépresseur que vous pourrez mieux tolérer.

Effets secondaires graves

Bien que la plupart des effets secondaires indésirables les plus courants ne soient pas graves, il en existe certains qui le sont et que vous devriez connaître. Parmi ceux-ci il y a :

 

Le syndrome sérotoninergique

 

Cet effet secondaire est lié à l’utilisation d’antidépresseurs appelés inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine et inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline. Le syndrome sérotoninergique survient lorsqu’un neurochimique cérébral appelé sérotonine atteint des niveaux dangereusement élevés. Il est généralement déclenché lorsqu’un de ces antidépresseurs est utilisé en association avec un deuxième médicament qui affecte également les niveaux de sérotonine, comme un autre antidépresseur.

 

Les symptômes du syndrome sérotoninergique incluent la confusion, l’agitation, les contractions musculaires, la transpiration, les frissons et la diarrhée. En outre, les cas graves peuvent s’apparenter à des symptômes tels qu’une très forte fièvre, des convulsions, un rythme cardiaque irrégulier et une perte de conscience.

 

Si une personne commence à présenter l’un des symptômes ci-dessus, vous devez faire immédiatement appel à une assistance médicale, car cette maladie peut être fatale.

 

Hyponatrémie

 

L’hyponatrémie est une affection caractérisée par une baisse anormale des taux de sodium ou de sel dans le sang. Lorsque cela se produit, des quantités dangereuses de liquide peuvent s’accumuler à l’intérieur des cellules du corps. Cet effet secondaire peut se produire avec certains antidépresseurs, car ces médicaments peuvent potentiellement avoir un impact sur les effets d’une hormone impliquée dans la régulation des niveaux de sodium et de liquide dans le corps. Les personnes âgées peuvent être particulièrement sujettes à l’hyponatrémie.

 

Les cas légers d’hyponatrémie peuvent provoquer des symptômes tels que sensation de malaise, maux de tête, douleurs musculaires, perte d’appétit et confusion. Dans les cas plus graves, les personnes peuvent également éprouver des symptômes tels que l’atrophie et la fatigue, la désorientation, l’agitation, la psychose et les convulsions. L’hyponatrémie peut potentiellement entraîner le coma ou la mort.

 

Les personnes présentant des symptômes d’hyponatrémie, même légers, devraient consulter immédiatement un médecin.

 

Pensées suicidaires

 

Vous devez être conscient du fait que lorsque vous commencez à prendre un antidépresseur, vous pouvez avoir une aggravation temporaire de votre dépression et potentiellement même une augmentation des pensées suicidaires. Des études indiquent que cela pourrait être particulièrement vrai pour les personnes de moins de 25 ans.

 

Si vous (ou une personne dont vous prenez soin) présentez une aggravation de la dépression, des idées suicidaires, morbide ou des changements de comportement inhabituels au cours des premières semaines suivant le début d’un nouvel antidépresseur, il est important de consulter immédiatement un médecin.

 

Réactions allergiques

 

Les antidépresseurs peuvent provoquer des réactions allergiques, soit parce qu’une personne est allergique au principe actif du médicament, soit parce qu’elle est allergique aux colorants ou à d’autres ingrédients présents dans la pilule ou la gélule.

 

Les symptômes d’une réaction allergique peuvent inclure un gonflement, des démangeaisons, de l’urticaire, des ampoules ou une difficulté respiratoire. 

 

Une réaction allergique grave peut mettre la vie en danger si elle bloque la capacité de respirer d’une personne. Une réaction allergique doit être recherchée, en particulier en cas de tuméfaction du visage ou de difficultés respiratoires.

 

La manie

 

Chez les personnes sensibles au trouble bipolaire , les médicaments tels que les antidépresseurs peuvent potentiellement déclencher un épisode maniaque.

 

Les symptômes de la manie comprennent une augmentation de l’énergie et de l’activité physique, des problèmes de sommeil, des pensées bizarres, un comportement impulsif, une élévation extrême de l’humeur, de l’irritabilité et une élocution rapide.

 

Si la manie ne met pas nécessairement la vie en danger, elle nécessitera une assistance médicale pour être traitée.

 

Les convulsions

 

Certains antidépresseurs peuvent augmenter le risque de convulsions chez une personne. Dans certains cas, une crise peut même être déclenchée chez une personne qui n’en a jamais eu auparavant. La plupart des antidépresseurs n’augmentent pas le risque de convulsions, bien que le Wellbutrin (bupropion) soit l’antidépresseur le plus susceptible d’en déclencher un. Certains antidépresseurs plus vieux, appelés tricycliques, peuvent également augmenter le risque de convulsions. En règle générale, les nouveaux antidépresseurs sont moins susceptibles de provoquer des convulsions.

 

Les crises comprennent des symptômes tels que des mouvements saccadés incontrôlables des bras et des jambes, de la confusion, des sensations anormales et une perte de conscience.

 

Toutes les crises doivent être signalées à un médecin. Si c’est la première fois qu’une personne fait une crise, les services d’urgence doivent être immédiatement saisis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *