Accident ischémique transitoire : Causes, symptômes, conséquences

L’attaque ischémique transitoire (TIA, de l’anglais Transient Ischemic Attack), ou “mini accident vasculaire cérébral”, est une affection due à une interruption temporaire du flux sanguin vers une partie du cerveau, ce qui détermine l’absence d’ oxygène dans les structures cérébrales. .

 
 

Les symptômes typiques de l’AIT sont:

  • troubles de la parole et de la vision,
  • difficulté à comprendre le langage des autres,
  • confusion,
  • engourdissement ou faiblesse des muscles du visage, des bras et des jambes (généralement d’un seul côté),
  • difficulté de mouvement et apparition de vertige.

Il s’agit donc d’un événement qui peut se manifester sous la forme de symptômes soudains similaires à ceux d’un accident vasculaire cérébral , mais qui doivent généralement être résolus en quelques minutes, généralement pas plus d’une heure.

Puisqu’il n’est pas possible de déterminer à l’avance si les symptômes sont liés à une AIT ou à un accident vasculaire cérébral, le patient doit toujours être conduit à l’hôpital immédiatement pour des investigations; Les AIT sont souvent un signal d’avertissement pour les futurs accidents vasculaires cérébraux et pour cette raison, après un ou plusieurs épisodes, des antiplaquettaires / anticoagulants sont prescrits pour réduire leur risque. L’adoption d’un mode de vie sain, qui comprend:

  • abolition du tabagisme,
  • réduction ou suppression de la consommation d’alcool,
  • suivre un régime alimentaire sain, riche en dérivés végétaux et pauvre en graisses animales,
  • pratiquer une activité physique.

La différence est que le TIA ne dure pas aussi longtemps que le coup, les effets ne durent souvent que quelques minutes ou quelques heures et disparaissent complètement en moins de 24 heures.

Causes

Une AIT survient lorsqu’un des vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau en sang oxygéné est obstrué.

L’interruption de la circulation du sang dans le cerveau signifie que ce dernier ne peut plus remplir correctement certaines de ses fonctions, générant des symptômes tels que le mot malaxé ou la faiblesse musculaire.

  • Au cours d’une AIT, le bloc se résout rapidement et l’apport sanguin au cerveau est rétabli avant que des dommages importants ne se produisent.
  • Lors de l’accident vasculaire cérébral complet, le flux sanguin est interrompu plus longtemps, ce qui provoque des lésions cérébrales plus graves et des problèmes plus durables, voire irréversibles.

Le blocage des vaisseaux à l’origine de la plupart des épisodes est généralement causé par un caillot de sang formé dans un autre district corporel, qui a atteint les vaisseaux sanguins du cerveau; il peut également s’agir de globules gras ou de bulles d’air.

Dans de très rares cas, elle peut être générée par un petit saignement dans le cerveau, à savoir une hémorragie cérébrale.

Caillots sanguins (thrombi)

Les caillots à l’origine de l’AIT sont généralement formés dans les zones où les artères ont progressivement rétréci ou sont obstruées par l’accumulation de dépôts graisseux appelés plaques. Ces plaques sont le signe d’un processus appelé athérosclérose .

Avec le vieillissement, les artères peuvent se contracter physiologiquement, bien que certains facteurs puissent accélérer dangereusement ce processus. En particulier:

  • fumée ,
  • hypertension artérielle ,
  • l’obésité ,
  • taux de cholestérol élevé ,
  • le diabète ,
  • abus d’alcool .

Même un type spécifique d’ arythmie cardiaque , la fibrillation auriculaire , peut être la cause de l’AIT. Cela peut provoquer la formation de caillots sortant du cœur et se coincer dans les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau.

Facteurs de risque

Certains éléments peuvent favoriser l’apparition de l’AIT. Certains d’entre eux sont modifiables, par exemple le style de vie.

Parmi les principaux facteurs de risque, il y a:

  • âge : bien qu’elle puisse survenir à tout âge (même chez les enfants et les jeunes adultes), l’AIT est beaucoup plus fréquente après l’âge de 60 ans;
  • appartenance ethnique : les sujets originaires d’Asie du Sud, d’Afrique ou des Caraïbes présentent des risques plus élevés, en partie parce que ces groupes ont une incidence plus élevée de
  • hypertension artérielle ;
  • antécédents médicaux : en plus des précédents, d’autres problèmes de santé tels que le diabète peuvent augmenter le risque d’AIT;
  • poids et régime alimentaire : le risque d’AIT augmente avec le surpoids et / ou les mauvaises habitudes alimentaires (excès de graisse et de sel);
  • tabagisme et alcool : le tabagisme et / ou la consommation habituelle de quantités excessives d’alcool peuvent augmenter les risques d’AIT.

Aborder les facteurs qui peuvent être modifiés contribuera à réduire le risque d’AIT ou à réduire les risques d’accident vasculaire cérébral.

Signes et symptômes

Les principaux symptômes d’une AIT sont résumés par l’acronyme anglais FAST (qui signifie aussi rapide):

  • Visage (visage),
  • Armes (Armes),
  • Discours (Word),
  • Le temps.

Plus en détail:

  • Visage: le visage peut tomber d’un côté; le sujet sera incapable de sourire et la bouche ou un œil peut pendre vers le bas.
  • Bras: le sujet avec un accident vasculaire cérébral potentiel peut ne pas pouvoir garder les deux bras levés en raison de la faiblesse ou de l’engourdissement de l’un ou l’autre.
  • Word: le discours peut être malaxé ou confus; le sujet peut être complètement incapable de parler, même s’il est apparemment éveillé.

Les autres signes et symptômes peuvent inclure:

 
  • paralysie complète d’un côté du corps,
  • perte soudaine ou vision brouillée,
  • le vertige ,
  • confusion ,
  • maux de tête ,
  • difficulté à comprendre qui est le prochain,
  • problèmes d’équilibre et de coordination,
  • difficulté à avaler ( dysphagie ).

Les crises ischémiques transitoires durent généralement quelques minutes et la plupart des signes et symptômes disparaissent en une heure; évidemment, il peut y avoir d’autres causes pour expliquer la présence de ces symptômes, qui nécessitent toutefois toujours une intervention médicale urgente.

diagnostic

En cas de suspicion d’AIT, il est important de se soumettre à des contrôles médicaux rapides. après une première évaluation, une visite chez un spécialiste peut s’avérer nécessaire. Des examens complémentaires permettent de comprendre la cause de l’épisode.

Le TIA est un signal d’alarme: le sujet court le risque de subir un accident vasculaire cérébral complet dans un avenir proche. Une évaluation minutieuse peut aider à identifier le meilleur moyen de réduire ce risque.

Évaluation initiale

Souvent, la TIA est si passagère que le sujet vient chez le médecin sans aucun symptôme. Celles-ci exigeront alors quels symptômes ont été prévenus et leur durée. Cette information est utile pour exclure d’autres causes possibles.

Même en l’absence de symptômes, un examen neurologique sera toujours nécessaire. Cet examen est basé sur des actions simples vous permettant de contrôler la force, la sensibilité et la coordination.

Conseil de spécialiste

En cas de suspicion d’AIT, l’avis d’un spécialiste sera requis pour des tests supplémentaires. Si le risque d’accident vasculaire cérébral ou de récidive d’AIT est particulièrement élevé, il sera bon de faire appel à un spécialiste dans les 24 heures. Les sujets les plus risqués seront vus dans les 7 jours.

En attendant le spécialiste, on vous suggérera de l’ aspirine car ce médicament peut aider à limiter les risques.

Vous serez probablement visité par un neurologue (spécialiste des maladies du cerveau et de la moelle épinière) ou par un spécialiste des accidents vasculaires cérébraux. Le conseil peut être dispensé dans une unité spécialisée dans la gestion des AVC / AIT.

examens

Plusieurs tests peuvent être utiles pour confirmer le diagnostic et rechercher la cause. Certains sont présentés ci-dessous.

  • Évaluation de la pression artérielle : la pression artérielle sera contrôlée, car l’hypertension peut déterminer une AIT.
  • Analyses de sang: Des analyses de sang peuvent être nécessaires pour évaluer le cholestérol et le diabète possible.
  • Électrocardiogramme (ECG): ce test détecte l’activité électrique du cœur au moyen d’une série d’électrodes appliquées sur la peau. L’ECG peut identifier des rythmes cardiaques anormaux, tels que la fibrillation auriculaire (battements cardiaques irréguliers), qui vous exposent au risque d’AIT.
  • Échographie carotidienne: L’échographie carotidienne permet de comprendre s’il existe des rétrécissements ou des obstructions dans les artères du cou qui acheminent le sang vers le cerveau. Le test utilise une petite sonde (transducteur) qui émet des ultrasons dans le corps. Les ultrasons réfléchis par les structures génèrent des images de l’intérieur du corps.
  • Scanners cérébraux: Les scanners cérébraux ne sont pas toujours nécessaires dans le cas d’une AIT. En général, elles ne sont effectuées que si la partie du cerveau n’est pas clairement établie. Dans ces cas, une imagerie par résonance magnétique (IRM) sera réalisée . Ce type d’analyse utilise un champ magnétique puissant et des ondes radio pour créer des images du cerveau. 
    Parfois, si la résonance n’est pas indiquée, une tomographie informatisée ( TAC ) sera effectuée . Cet examen utilise une série de rayons X pour produire des images du cerveau.

Quand contacter le docteur

Au début des symptômes, il n’est pas possible de déterminer s’il s’agit d’une AIT ou d’un AVC; Il est donc important d’appeler immédiatement le 118 et de demander une ambulance. Même si les symptômes disparaissent pendant l’attente, le sujet doit toujours être soumis à des tests hospitaliers.

Le TIA est un signal d’alarme: le sujet court le risque de subir un accident vasculaire cérébral complet dans un avenir proche. Une évaluation minutieuse peut aider à identifier le meilleur moyen de réduire ce risque.

Si vous pensez que vous avez déjà eu des épisodes dans le passé mais que vous n’avez pas à être dirigé vers votre médecin, vous devez demander un rendez-vous urgent à votre médecin, qui évaluera la possibilité d’une hospitalisation.

soins

Bien que les symptômes de l’AIT disparaissent spontanément en quelques minutes ou quelques heures, un traitement permettant d’éviter d’autres épisodes ou l’apparition d’un accident vasculaire cérébral sera nécessaire.

Le TIA est un signal d’alarme: le sujet court le risque de subir un accident vasculaire cérébral complet dans un avenir proche, avec un pic dans les jours et les semaines qui suivent l’attaque.

L’accident vasculaire cérébral est une maladie grave qui peut entraîner une invalidité permanente et même la mort dans certains cas. Un traitement approprié après une AIT peut aider à prévenir son apparition.

Le traitement dépendra de facteurs individuels, tels que l’âge et les antécédents médicaux. L’équipe médicale expliquera les différentes options de traitement, avec leurs avantages et risques relatifs. Il est probable que des modifications du mode de vie seront recommandées pour réduire le risque d’accident vasculaire cérébral, en plus des médicaments pour gérer la cause de l’AIT. La chirurgie peut également jouer un rôle dans le traitement.

Style de vie

Les changements de mode de vie pouvant aider à réduire les risques d’accident vasculaire cérébral post-AIT sont multiples. En particulier:

  • alimentation saine : on recommande généralement une alimentation pauvre en graisses et en sel, riche en fibres , avec de nombreux légumes et fruits frais,
  • Activité physique régulière : dans la plupart des cas, nous recommandons 150 minutes hebdomadaires d’activité aérobique d’intensité modérée (cyclisme ou marche);
  • abstention de fumer: chez les fumeurs, l’abandon de la cigarette peut réduire considérablement le risque d’accident vasculaire cérébral,
  • réduction de l’alcool: vous devriez viser à ne pas dépasser les limites d’alcool recommandées.

médicaments

En plus des changements de mode de vie, dans de nombreux cas, l’AIT nécessitera un ou plusieurs médicaments à vie pour aider à limiter le risque de récidive ou d’accident vasculaire cérébral. Voici quelques-uns des médicaments les plus utilisés.

Agents antiplaquettaires

Les plaquettes sont des corpuscules cellulaires du sang qui permettent au sang de se coaguler (se solidifier). Dans le cas d’un vaisseau sanguin endommagé, les plaquettes s’agrègent, formant un caillot qui empêche le saignement. Les agents antiplaquettaires réduisent les propriétés d’adhésion mutuelle et de formation de caillots plaquettaires. En cas d’AIT, les médicaments antiplaquettaires sont susceptibles d’être recommandés.

L’aspirine et le clopidogrel sont les deux formulations les plus couramment recommandées.

Les principaux effets secondaires de ces médicaments consistent en une indigestion et un risque accru de saignement; Par exemple, un traumatisme peut causer des saignements prolongés ou peut être plus facile pour les hématomes.

anticoagulants

Les anticoagulants aident à prévenir la formation de caillots en modifiant la composition chimique du sang. Ils sont recommandés aux personnes atteintes d’AIT si le caillot à l’origine de l’AIT est né du cœur. Cela se produit souvent chez les personnes atteintes de fibrillation auriculaire, une maladie qui cause un rythme cardiaque irrégulier.

La warfarine , le rivaroxaban, le dabigatran et l’apixaban sont des exemples d’anticoagulants utilisés chez les sujets ayant eu une AIT.

Tous les anticoagulants ont pour effet secondaire le risque de saignement, lié à la réduction de la capacité de coagulation du sang. Le traitement avec ces médicaments nécessite des analyses de sang périodiques afin de s’assurer que la posologie n’est ni trop élevée ni trop basse.

antihypertenseur

Chez les sujets hypertendus, des antihypertenseurs seront prescrits pour normaliser la pression. Cela est nécessaire car l’hypertension artérielle augmente considérablement le risque de rechute de TIA ou d’AVC. 
Les médicaments à action antihypertensive sont nombreux et notamment:

  • diurétiques thiazidiques,
  • les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ACE),
  • bloqueurs de canaux calciques,
  • bêta-bloquants.

Le médecin suggérera l’approche thérapeutique la plus appropriée à l’individu. Dans certains cas, des thérapies avec 2 ou 3 médicaments différents peuvent être proposées.

statines

En cas d’hypercholestérolémie, un apport en statines sera recommandé . Ces médicaments réduisent le taux de cholestérol dans le sang en bloquant une enzyme hépatique productrice de cholestérol.

Les statines peuvent aider à réduire le risque d’accident vasculaire cérébral, quel que soit le taux de cholestérol. Ce type de médicament peut donc également être suggéré en cas d’augmentation modérée du cholestérol.

Parmi les statines les plus couramment utilisées après une AIT, on citera l’atorvastatine, la simvastatine et la rosuvastatine.

La chirurgie

Dans certains cas d’AIT, il peut être utile de procéder à une opération appelée endartériomie de la carotide.

Cette opération élimine une partie de la paroi de la carotide et élimine tout blocage éventuel dans l’artère.

Les carotides apportent du sang au cerveau. En cas d’accumulation de dépôts graisseux, les artères deviennent dures et rétrécies, ce qui rend la circulation du sang plus difficile. 
Ce processus est appelé athérosclérose et peut entraîner une AIT et un accident vasculaire cérébral lorsque l’alimentation en sang du cerveau est interrompue.

L’endoartérectomie carotidienne, en perturbant les vaisseaux chez les sujets dont l’artère est restreinte de manière modérée ou importante, peut réduire considérablement le risque de récidive d’AIT ou d’AVC.

prévention

Le meilleur moyen de prévenir une AIT est de:

  • l’adoption d’un régime alimentaire sain,
  • activité physique régulière,
  • l’élimination du tabagisme
  • et modération, ou mieux encore abstention, dans la consommation d’alcool.

Ces changements de mode de vie peuvent réduire le risque de problèmes tels que l’athérosclérose (obstruction des artères par les dépôts graisseux), l’hypertension et l’hypercholestérolémie, tous facteurs prédisposant au TIA.

Dans le cas d’une AIT antérieure, ces changements peuvent aider à réduire le risque d’accident vasculaire cérébral complet ou de rechute.

régime

Un régime alimentaire malsain peut augmenter les risques, car il peut augmenter la pression artérielle et le taux de cholestérol.

En général, une alimentation faible en gras et riche en fibres est recommandée, en particulier grâce à l’abondance de fruits et de légumes (cinq portions par jour) et de grains entiers.

Une alimentation équilibrée est importante. Ne pas manger des quantités excessives d’un seul aliment, surtout s’il est riche en sel et stocké.

La quantité de sel prise quotidiennement ne doit pas dépasser 6 g, car l’excès augmente la pression artérielle. 6 g de sel équivalent à environ une cuillère à café.

Activité physique

Associer une alimentation saine à une activité physique régulière est le meilleur moyen de maintenir un poids correct. L’exercice régulier peut également aider à réduire le taux de cholestérol et à maintenir la pression artérielle à un niveau normal. 
Dans la plupart des cas, au moins 150 minutes par semaine d’activité aérobique d’intensité modérée (vélo ou marche) sont suggérées.

Abstention de fumer

Le tabagisme augmente considérablement le risque de nouvelle AIT ou d’AVC, rétrécissant les artères et favorisant la coagulation du sang. 
Cesser de fumer peut réduire le risque de nouveaux AIT ou AVC. L’abstention de fumer améliorera également la santé globale et réduira le risque de développer d’autres maladies graves telles que le cancer du poumon et les maladies cardiaques.

Réduction de la consommation d’alcool

L’abus d’alcool favorise la surcharge pondérale et l’hypertension artérielle et peut induire une fibrillation auriculaire, ce qui augmente le risque de TIA ou d’AVC.

Si vous souhaitez continuer à boire de l’alcool, vous devriez quand même essayer de ne pas dépasser les limites recommandées.

Gestion des conditions sous-jacentes

Si les porteurs d’un état connu comme facteur de risque de TIA et d’AVC, tels

  • hypercholesterolemia,
  • hypertension artérielle,
  • fibrillation auriculaire
  • le diabète,

il sera évidemment essentiel de le gérer avec soin avec l’aide du médecin.

Les changements de mode de vie décrits ci-dessus peuvent en principe aider à contrôler ces conditions, mais il peut également être nécessaire de prendre un traitement pharmacologique régulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *